Lors de la sortie cinéma à la MIR (Maison Internationale de Rennes), les élèves lusitanistes de 2de, 1ère et terminale, ont eu l’opportunité de rencontrer la réalisatrice brésilienne Leila Xavier. La cinéaste brésilienne avait animé le débat qui avait suivi le film sur la situation politique actuelle au Brésil et les élèves avaient été très intéressés par cette problématique. C’est dans ce cadre que Leila les a invités à continuer le débat au lycée.

Ainsi, les lusitanistes et quelques élèves de terminale littéraire l’ont rencontrée le mardi 16 octobre de 12h00 à 13h30 autour de son court-métrage Não Pense Que Sabe Ser Quem É (Ne pense pas savoir être qui tu es). Les élèves se sont beaucoup intéressés à la problématique du racisme et de la place des noir(e)s dans la société brésilienne étant donné qu’ils entendaient parler de ce qui se passait autour des élections brésiliennes. En effet, le candidat de l’extrême droite Jair Bolsonaro venait de sortir en tête du premier tour des élections du 7 octobre dans un climat de grande tension.

Les élèves ont voulu savoir quelles difficultés cette réalisatrice et créatrice d’un centre social dans la périphérie de Rio rencontrait. En effet, le racisme dit de “classe sociale” est très présent dans la société brésilienne et la “démocratie raciale” instiguée par Gilberto Freire n’est qu’une utopie. Dans la société brésilienne la majorité des pauvres sont noirs ou métis et l’on assiste à la perpétuation d’un système érigé pendant la colonisation portugaise au Brésil.

Não Pense Que Sabe Ser Quem É est une fiction inspirée du livre Tornar-se Negro (Devenir Noir) de Neuza Santos Souza et montre le fort désordre émotionnel d’un jeune noir qui n’arrive pas à accepter son identité. Son refus lui provoque des hallucinations. Le film souhaite provoquer la réflexion sur la construction du regard de l’homme noir sur l’homme noir, tout comme les difficultés de survivre dans une société d’homme blanc basée sur le racisme.

Interrogée sur ce qui se passerait au Brésil si Bolsonaro était élu, Leila Xavier a dit que le combat contre les inégalités serait plus que jamais d’actualité. Elle a rajouté que la société brésilienne est forte et que si les noirs ont survécu à l’esclavage et les métis à la violence au Brésil, ils allaient continuer à se battre. Selon elle, les femmes sont le grand atout de la société brésilienne et comme toujours elles aideront le pays à se relever et à sortir plus fort de ce combat.

Nous remercions beaucoup Leila Xavier d’avoir pris le temps de rencontrer nos élèves malgré un agenda chargé : il continue en effet sa lutte en allant directement voter, et arrivera au Brésil le 28 octobre. Et merci à Lisa Daudibon de l’avoir accompagnée et d’avoir traduit ses propos.

Les élèves et Mme Daudibon, professeur de portugais, lui ont souhaité bon courage !