Paroles en ville, figures urbaines.

La performance des 1ère L.   

21:3:17_ParolesEnVille

Mardi 21 mars, les élèves de Première L ont présenté, dans le gymnase du lycée, la performance qui clôturait leur projet “Paroles en ville, figures urbaines”.

21:3:17_ParolesEnVille2Pour cela, ils ont été encadrés par leurs professeurs : Madame Goyer en EPS, Madame Neel en Français et Monsieur Ollivier en Histoire-Géographie. Merci aussi à Nicolas Germain pour son coup de main efficace, plus particulièrement pour avoir proposé un choix d’affiches, ainsi qu’à Monsieur Crozet, parent d’élève, pour le prêt des lampes.
21:3:17_ParolesEnVille3Le projet a débuté dès septembre et a été enrichi par de nombreuses interventions de différents intervenants. Les élèves ont à nouveau remercié
– Sophie Ricard, architecte et coordinatrice de l’Hôtel à projets Pasteur, Rennes
– Violaine Tissier-Le Nenaon et Violaine Poubanne des Archives municipales de Rennes
– George Guitton, auteur du livre Rennes de Céline à Kundera
– Dimitri Boutleux de l’agence d’urbanisme AUDIAR
– Jean-François Delsaut de la Cinémathèque de Bretagne
– l’Office du tourisme de Rennes pour la visite sur le thème du Street art
– Erwann Martinerie, musicien-architecte
– et Laurence Le Bras, conservatrice à la BNF, spécialiste de Guy Debord et de la psychogéographie des situationnistes.

Le public, constitué de parents, d’élèves, d’enseignants et de personnes extérieures à l’établissement, a beaucoup apprécié la représentation. Celle-ci, à la fois mise en espace (avec chorégraphie notamment), images et musique, a été essentiellement composée de textes écrits par les élèves sur le thème de la ville, entre espaces urbains perçus et imaginés, entre Portes Mordelaises et rocade. Les textes choisis d’Émile Verhaeren (Les Villes tentaculaires, 1895), d’Olivier Adam (Les Lisières, 2012) et de Julien Gracq (La Forme d’une ville, 1985) les ont complétés. Les élèves ont su mener la performance avec fluidité et homogénéité. Cela a été un beau travail collectif pour lequel chacune et chacun a su trouver sa place, entre littérature et géographie, entre arts et citoyenneté.